Actions et projets

Perlucine aujourd’hui et demain

Pour atteindre ses objectifs, Perlucine mène de nombreuses actions, allant de l’étude à la vente de produits.

Pour développer la filière de valorisation, Perlucine étudie progressivement la faisabilité et les conditions de déploiement des activités envisagées.

Les résultats de notre première étude de faisabilité :

Pourquoi une étude ?

Lorsqu’en mai 2015 nous avons présenté à Bretagne Active notre dossier sur l’étude-action , nous avions déjà identifié un besoin concernant la valorisation des déchets et/ou sous-produits coquilliers, tant aux niveaux des communes pour le tonnage dans les déchets ménagers et l’amoncellement sur les plages, que pour les professionnels de l’ostréiculture pour qui les solutions individuelles de traitement ne sont plus suffisantes.

Au cours de l’étude, nos investigations et nos rencontres ont clairement mis en évidence le défi que représente pour le territoire la création d’une filière de valorisation des sous-produits coquilliers.

Un défi car, à part une entreprise du Morbihan qui valorise  des coquilles issues de l’activité ostréicole, il n’existe pas à proprement parler de filière organisée à même de collecter, transférer (massification en centre transfert conforme à la réglementation) l’ensemble des déchets coquilliers du territoire et les valoriser en tant que ressource. C’est en partenariat avec le CRC Bretagne Sud et l’usine de Kervellerin que nous comptons relevé ce défi.

La gestion et surtout la réduction des déchets est un des enjeux majeurs du développement durable des territoires morbihannais.

 

Pourquoi le Morbihan ?

La Bretagne, et notamment le Morbihan, concentre 61% de l’activité ostréicole. Par conséquence,transformer ce déchet en ressource constitue une opportunité pour développer l’économie circulaire au cœur des territoires Bretons en mettant en place des modes de valorisation innovants.

 

Quels objectifs ?

Les objectifs de cette étude étaient de mesurer la faisabilité économique, technique et financière de la création d’une structure porteuse d’activités liées à la valorisation des déchets et sous-produits coquilliers.

L’étude porte sur une zone pilote comprenant 3 communes du territoire Morbihannais : Tour-du-Parc, Damgan et Ambon.

 

Quels résultats ?

L’étude-action, telle que présentée en mai 2015 lors de l’attribution du fond de confiance de Bretagne Active, visait à examiner plusieurs scénarios possibles de développement.

Durant le déroulement de l’étude, certaines pistes ont été abandonnées pour des raisons techniques et/ou financières, ou encore pour éviter des concurrences stériles avec d’autres structures économiques du territoire.

 

Quelques résultats clés de l’étude :

  • Le volume de coquilles d’huître pouvant être collectées auprès des ostréiculteurs de la commune du Tour du Parc, ainsi qu’un tri sélectif dans les déchets ménagers, des campings et des restaurateurs des communes d’Ambon et Damgan, est estimé à 700 tonnes par an. Un partenaire économique est identifié pour valoriser ce potentiel dans sa totalité : l’usine de Kervellerin.
  • Le volume des coquilles pouvant être collectées manuellement sur la plage est estimé à 6 tonnes par an. Un partenaire économique est identifié pour valoriser ce potentiel à hauteur de 600 kg par mois : Entre Mer et Terre.
  • Un troisième débouché est envisagé concernant les poches à huître usagées issues de l’activité ostréicole. Concernant la zone test (les 34 ostréiculteurs de la commune du Tour-Du-Parc) la quantité annuelle produite est de 8000 à 9000 poches.  Leur valorisation pourrait donner lieu à la création d’un chantier d’insertion.

 

> Télécharger la  Présentation de l’étude

Téléchargements :

Présentation de l’étude : Dans cette présentation vous trouverez, les grandes lignes du projet, un résumé de la méthodologie utilisée pour la réalisation de l’étude de faisabilité que nous avons effectuée et que nous pouvons vous adresser si vous souhaitez approfondir certains points en détail du projet.

Depuis 2016, Perlucine organise deux types de collecte de coquilles d’huitres à fin de valorisation.  

 

Le premier type de collecte concerne les coquilles issues de l’activité ostréicole. Elle est organisée en collaboration avec l’usine de Kervellerin et une dizaine d’ostréiculteurs, et l’appui du Comité Régional de la Conchyliculture. Les coquilles collectées sont transformées par l’usine de Kervellerin en amendement bio, en alimentation animale, filament pour imprimante 3D… 

 

Le second type est le ramassage sélectif et raisonné des coquilles sur la plage. Ces coquilles sont livrées à l’entreprise Entre Mer et Terre pour être valorisées en produits cosmétiques (exfoliant naturel, apport d’oligo-éléments). 

Parallèlement aux collectes, Perlucine réalise d’autres activités :  

  • Emballages des produits pour particuliers 
  • Vente aux particuliers (marchés locaux, foires, comices agricoles et ostréicoles…) 
  • Création et gestion d’une e-boutique (lancement prévu septembre 2017) 
  • Promotion de la filière et de ses produits (conférences, concours, recherches de fonds…). 
Marché perlucine
+ Etudes

Pour développer la filière de valorisation, Perlucine étudie progressivement la faisabilité et les conditions de déploiement des activités envisagées.

Les résultats de notre première étude de faisabilité :

Pourquoi une étude ?

Lorsqu’en mai 2015 nous avons présenté à Bretagne Active notre dossier sur l’étude-action , nous avions déjà identifié un besoin concernant la valorisation des déchets et/ou sous-produits coquilliers, tant aux niveaux des communes pour le tonnage dans les déchets ménagers et l’amoncellement sur les plages, que pour les professionnels de l’ostréiculture pour qui les solutions individuelles de traitement ne sont plus suffisantes.

Au cours de l’étude, nos investigations et nos rencontres ont clairement mis en évidence le défi que représente pour le territoire la création d’une filière de valorisation des sous-produits coquilliers.

Un défi car, à part une entreprise du Morbihan qui valorise  des coquilles issues de l’activité ostréicole, il n’existe pas à proprement parler de filière organisée à même de collecter, transférer (massification en centre transfert conforme à la réglementation) l’ensemble des déchets coquilliers du territoire et les valoriser en tant que ressource. C’est en partenariat avec le CRC Bretagne Sud et l’usine de Kervellerin que nous comptons relevé ce défi.

La gestion et surtout la réduction des déchets est un des enjeux majeurs du développement durable des territoires morbihannais.

 

Pourquoi le Morbihan ?

La Bretagne, et notamment le Morbihan, concentre 61% de l’activité ostréicole. Par conséquence,transformer ce déchet en ressource constitue une opportunité pour développer l’économie circulaire au cœur des territoires Bretons en mettant en place des modes de valorisation innovants.

 

Quels objectifs ?

Les objectifs de cette étude étaient de mesurer la faisabilité économique, technique et financière de la création d’une structure porteuse d’activités liées à la valorisation des déchets et sous-produits coquilliers.

L’étude porte sur une zone pilote comprenant 3 communes du territoire Morbihannais : Tour-du-Parc, Damgan et Ambon.

 

Quels résultats ?

L’étude-action, telle que présentée en mai 2015 lors de l’attribution du fond de confiance de Bretagne Active, visait à examiner plusieurs scénarios possibles de développement.

Durant le déroulement de l’étude, certaines pistes ont été abandonnées pour des raisons techniques et/ou financières, ou encore pour éviter des concurrences stériles avec d’autres structures économiques du territoire.

 

Quelques résultats clés de l’étude :

  • Le volume de coquilles d’huître pouvant être collectées auprès des ostréiculteurs de la commune du Tour du Parc, ainsi qu’un tri sélectif dans les déchets ménagers, des campings et des restaurateurs des communes d’Ambon et Damgan, est estimé à 700 tonnes par an. Un partenaire économique est identifié pour valoriser ce potentiel dans sa totalité : l’usine de Kervellerin.
  • Le volume des coquilles pouvant être collectées manuellement sur la plage est estimé à 6 tonnes par an. Un partenaire économique est identifié pour valoriser ce potentiel à hauteur de 600 kg par mois : Entre Mer et Terre.
  • Un troisième débouché est envisagé concernant les poches à huître usagées issues de l’activité ostréicole. Concernant la zone test (les 34 ostréiculteurs de la commune du Tour-Du-Parc) la quantité annuelle produite est de 8000 à 9000 poches.  Leur valorisation pourrait donner lieu à la création d’un chantier d’insertion.

 

> Télécharger la  Présentation de l’étude

Téléchargements :

Présentation de l’étude : Dans cette présentation vous trouverez, les grandes lignes du projet, un résumé de la méthodologie utilisée pour la réalisation de l’étude de faisabilité que nous avons effectuée et que nous pouvons vous adresser si vous souhaitez approfondir certains points en détail du projet.

+ Activités de collecte

Depuis 2016, Perlucine organise deux types de collecte de coquilles d’huitres à fin de valorisation.  

 

Le premier type de collecte concerne les coquilles issues de l’activité ostréicole. Elle est organisée en collaboration avec l’usine de Kervellerin et une dizaine d’ostréiculteurs, et l’appui du Comité Régional de la Conchyliculture. Les coquilles collectées sont transformées par l’usine de Kervellerin en amendement bio, en alimentation animale, filament pour imprimante 3D… 

 

Le second type est le ramassage sélectif et raisonné des coquilles sur la plage. Ces coquilles sont livrées à l’entreprise Entre Mer et Terre pour être valorisées en produits cosmétiques (exfoliant naturel, apport d’oligo-éléments). 

+ Promotion et vente

Parallèlement aux collectes, Perlucine réalise d’autres activités :  

  • Emballages des produits pour particuliers 
  • Vente aux particuliers (marchés locaux, foires, comices agricoles et ostréicoles…) 
  • Création et gestion d’une e-boutique (lancement prévu septembre 2017) 
  • Promotion de la filière et de ses produits (conférences, concours, recherches de fonds…). 
Marché perlucine